La mise à nue est celle de l’intime, dans une absence d’identité où chacun peut transporter sa propre vision. Jeux de miroirs, démultiplications des parties, nous sommes en présence d’une sexualité à peine dévoilée , qui semble se troubler. Suggéré par le dévoilement/non-dévoilement de l’identité sexuelle, ce trouble nous ramène à l’androgyne comme être parfait, à la fois homme et femme. Cependant, la douleur se ressent, c’est un narcisse distordu, autoportrait sans visage qui nous invite, dans l’ombre, à partager son histoire.

 

 

 

 

 

           

.

 

 

 

.